Nés Pour Pleurer

« Hélas ! nos plus beaux jours s’envolent les premiers :
Un essaim de douleurs bientôt nous environne ;
La vieillesse nous glace et la mort nous moissonne.
Préviens donc leurs ravages, et que dans tes troupeaux
L’hymen forme toujours des nourrissons nouveaux »
Virgile – Les géorgiques

William-Adolphe_Bouguereau_(1825-1905)_-_The_Youth_of_Bacchus_(1884)

Quelle est cette force qui nous réunit par l’amour et qui ensuite nous sépare par la douleur?  Quelle est cette force qui forme des amoureux, des amis, des familles et qui les déchire à coup de tragique et de circonstances? Quel est ce monde qui nous présente ces visages riants, dansants, parlants devant notre regard esseulé et qui nous promet la disparition de ces joies , que cette union se divisera, que ces êtres que nous aimons , disparaîtront tôt ou tard dans les tourbillons des évenements ou sous ce sol laid et glacé.

Ce monde est un monstre d’énergie.

Ce monde a une seule fonction: transformer l’amour en séparation. 

Ne croyez pas le printemps , ses promesses sont les vestiges d’un amour perdu.

 

HS

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s