Le Sycophante et les Béotiens

Nulle naissance n’est à prévoir , car nulle éducation n’est en nos mains. Quelle origine donnerais-je , moi Le Saint et pauvre Sycophante ,à notre histoire ici racontée? Sommes nous prêts à écouter les horreurs cachées par tant de beautés? à tant de monstruosités précédées par des parfums enivrants?  Quels mensonges nous nous racontons tous les jours , sans cesse, pour que nous puissions lutter contre cette vie imposée? Quelle hypocrisies nous nous autorisons à longueur de journées, pour nous faufiler au milieu de ce que nous croyons être des loups alors qu’il n’y a que des porteurs de masques en cartons effrayants !?

gnothi-seauton

Notre histoire racontée par un vent venu du ciel , commence par les rumeurs de la naissance d’un enfant , qui d’un roi à l’autre était la crainte de tout le royaume. Cet enfant prédit était celui par lequel le Royaume allait s’effondrer , car de ses mains et de ses pieds s’échappaient des fumées et des fluides qui étaient des poisons pour les uns , remèdes pour d’autres. Dés sa naissance , certains mourraient , d’autres devenaient plus forts. Sa mère et son père moururent la première nuit, ses sœurs ainées quelques jours après et les voisins aussi, sauf leur fille aveugle qui retrouva la vue mais qui horrifiée par ce qu’elle n’avait jamais vu : des cadavres éparpillés ! se jeta du haut d’une falaise tout prés ! ! C’est alors qu’une lumière à forme humaine pénétra la maison remplie de morts,  prit le nouveau né et disparue avec lui sans se retourner. Le roi , la reine et leurs enfants moururent des semaines après mais la sœur du roi , lépreuse guérie reprit le trône et sanctifia l’enfant pour lui avoir accordé santé et pouvoir ! Depuis l’enfant est devenu homme et il ère d’un royaume à un autre, d’un monde à un autre, d’une réalité à une autre portée par une lumière invisible à tous. Calme, silencieux…Détruisant et reconstruisant…

Sentez-vous son souffle sur vous? Comprenez-vous l’étendue de son pouvoir ?  

Voilà, notre histoire est presque finie, un bijou aux mains de béotiens que certains d’entre-vous sont et qui vous offrira  peut-être une dernière leçon avant votre mort !

Ne demeure que la majesté d’un vice inhérent , le fondement de  toute construction, l’enfant  porté par la lumière  ! 

 

HAMMAR Salim

 

 

Nocturnale (du 30 Mars 2014)

Texte ancien mais toujours d’actualité.

cropped-furie-une-700x250.jpg

Du haut de mon cœur de pierre insaisissable je vais oser aujourd’hui  ( enfin ce soir) parler un peu ..d’amour..

Comment peut-on être aimé pour de vrai ? voilà la question qui hante la plupart des humains, mais derrière,  il y a toute une autre question qui redéfinie le « pour de vrai » et qui rend la question plus visible  » comment peut-on être aimé comme on le voudrait? et là on se retrouve à reconstruire un puzzle dont les pièces sont aussi aléatoires que puisse être la forme d’un chewing-gum jeté par terre !  Oui … enfin de compte on se retrouve à se poser une autre question plus dangereuse : savons nous comment nous voulons être aimé? Savons-nous ce que nous voulons….tout court ?

Nous nous rappelons nos déceptions, nos crises, nos colères, nos larmes, nos cris , les trahisons, les incompréhensions , nos cauchemars , nos nuits blanches à revoir, se rappeler des images , des mots aussi aiguisés que des lames plantées dans nos cœurs , notre solitude dans la douleur…et nous nous posons enfin la question : Ne sommes nous pas , notre véritable obstacle ? Vouloir quelque chose pour nous , ne suppose-t-il pas avant tout de savoir qui nous sommes ? Qui nous sommes vraiment ….pour pouvoir savoir ce dont on a besoin réellement ?

Je ne risque pas d’apprendre à la plupart d’entre vous qui ont connu ou connaissent vraiment ce qu’est une véritable relation amoureuse permanente, sérieuse et pleine de bonnes intentions..enfin au début …Mais l’amour est peut-être une affaire de sages et de grandes expériences de soi et des autres …l’amour c’est pour les vieux sages qui peut-être ont déjà démoli le voile des apparences et des détails superficiels..l’amour enfin de compte est pour les morts …ceux là même qui sous terre, peut-être, rêvent de ce qu’ils pourraient faire s’ils revenaient à la vie …pendant que d’autres ignorent leur chance , la chance de pouvoir se connaitre à fond , à creuser avec violence, avec férocité en soi et faire sortir le diamant du cœur et enfin ..Authentiquement aimer et pouvoir être aimé comme on le voudrait ….

Donc voilà en résumé, l’amour c’est pour les morts…quant aux vivants le monde avec ses tentations  les empêchent d’atteindre l’honnêteté pure pour pouvoir aimer un jour, car sans votre corps, sans vos richesses personne ne vous aimera, personne n’aimera ce que vous être vraiment, personne ne s’intéressera à votre âme….enfin si ..on pourra vous aimer, dire du bien de vous , se rappeler de vos qualités et oublier vos défauts mais pour cela il faudra …devinez-quoi ? Mourir.

Donc entre mourir et avoir un cœur de pierre …le choix est déjà fait…Sauf que sa sculpteure n’est pas de ce monde.

HAMMAR Salim

Mars 2014

HAMMAR SALIM

Le Centre était une Tomate.

« Réjouis toi ! les broyés sont les êtres les plus évolués! »

Liez, cela vaudra mieux pour…vous

17457830_1439797536095279_5460273748017634089_n

  1. Une première image : celle d’un enfant qui joue sans réellement connaitre les circonstances de son mal être.
  2. Deuxième image: un adulte qui évite de voir son réel par peur d’avoir mal.
  3. Entre les deux , une curiosité surprenante : l’affrontement du réel , l’adolescence est un age saint. 
  4. Tremblement de terre, fuite de démons puis régénération : Nous sommes seuls .
  5. L’esprit reprend son dû , il le brutalise , le détruit , le reconstruit, il lui redonne naissance.
  6.  C’est à l’Esprit que toute cette oeuvre est dédiée , une oeuvre qui vient du fond de ce qu’ignore tout être devant moi. Il y a en moi ( avec moi ) un endroit que nul ne soupçonne, ce que personne ne peut nommer. ce que personne ne peut me prendre.  
  7. Je n’appartiens qu’à celui qui est entrain de me créer.
  8. Je suis la preuve irréfutable de l’entre deux images.
  9. Les Mensonges sont sacrés.
  10. L’affrontement n’a pas de fin car « l’Empire n’a pas de fin ».
  11. En vous,  il y a un murmure nouveau et secret qui répète sans cesse à propos de moi :  » C’est lui! c’est lui! c’est lui! »
  12. Avoir le Soleil entre ses mains et le lâcher par crainte de l’illusion.
  13.  Le symbole est un puissant centre qui à partir de lui tout se transforme en renfermant toute l’histoire avec SES passés, SES présents et SES futurs. 
  14. Tout Labyrinthe a son Ariane, sauf moi , car en moi, il y a un minotaure ailé !

 

HAMMAR Salim

Déclaration du Roi Gris

roi gris

En de si longues époques , je me suis révélé sans prendre possession d’aucun de vous, je me suis proclamé autant que l’authentique « Roi Gris » sans attendre de vous le moindre  signe de politesse hypocrite et pourtant , nombreux d’entre vous doutent ! Que cela soit! Mais que ma colère refasse surface pour vous libérer des dangers de ce doute grandissant en vous et parmi vous , telle une épidémie dont le seul  et unique remède sacré est le sang avec des massacres et des guerres . Nous vous ferons revenir à nous , au sol , au cœur de toute nature, la votre et la notre! Nous vous reforgerons de nos meilleures profondeurs et selon nos désirs les plus sages et les plus justes pour que vous puissiez enfin vous élever là où votre âme pure réside : vers le Ciel étoilé.

 

Hammar Salim