Le Retour de L’Insensible

( 20 Juin 2013)

 

Au Vent ..au Chant…au Temps

Tout résonne comme la mélodie d’un instant

Tout danse au rythme d’un orage accablant

Vivons car la mort est lointaine maintenant

Prions ! Crions! Pleurons ! Rions! Dansons! chantons

Au Vent…Au Chant…au Temps

 

Tout doit disparaitre , Car elle possède tout ..Elle me possède comme je la possède. Qui est plus fort ? cet esprit qui me hante ou ce monde qui entoure ce corps?!! Oui ! Mon esprit est plus fort que ce monde , plus vaste , plus amoureux , plus joyeux , plus lumineux , plus libre ! Plonge tes mains douces et blanches ! amie imaginaire dans la flaque de sang qu’est mon cœur , agite la jusqu’à ce que ton reflet change , déformée en moi , automatiquement non humaine !La Seule trace d’esprit que tu possèdes est celle de mon regard posé sur Toi ! Moi le Sang , le Sang et son royaume , que l’on aime par son âme fut l’une des plus viles certitudes voilà que l’âme est devenue Sang ! sang ! sang ! sang ! on aime par son sang , pas par ses tripes mais par ses veines , que l’on ressente en chaque goutte l’appelle par son nom ! Elle est un sablier , dés qu’on l’inverse tout recommence, tout réapparait , tout devient séduisant encore une fois …Je me vide d’elle comme je me remplis de ce courage liquide, ce vin Di-Vin… ce dernier cadeau de Dieu.

Au  Vent..Au chant ..Au Temps …

HAMMAR Salim

 

sang

Sur les pas D’Abraham

379183_10151252191697163_55908978_n

 

Il faut peut-être reprendre toute la littérature ( philosophie y compris) depuis son origine c’est à dire depuis la peur. Est-il certain qu’aujourd’hui nous pourrions envisager un monde sans peur, ou plutôt un individu sans peur? Le dépassement de la peur est la face cachée d’un mal encore méconnu : La clémence d’un Phoebus qu’engendre l’évasion d’un regard humain de sa propre réalité. L’ombre nous hypnotise , elle nous oblige à oublier la lumière et le corps.  

Que voulons-nous par cet article ? Rien d’autre que dire à certains que le Royaume s’ouvre et que les plus sourds n’entendent encore que les murmures-mensonges et honteux de leurs egos mourants ! les convaincant par répétition , qu’ils sont ce qu’ils ne sont pas. Alors que les chants sont là emplissant chaque cœur solitaire , mettant fin à ces rebelles vulgaires , à ces faux artistes qui n’aiment encore que la provocation et le choc de leurs faibles interlocuteurs. Nous sommes là reniant tout ce qui vous est le plus cher et pourtant nous n’avons de volonté que celle d’imposer à l’existence toute entière la seule vérité que nous portons depuis très longtemps : L’existence naît de la peur et du désir. La vie est l’ennemi impitoyable de la peur. C’est sur la statue de Phoebus qu’Abraham avait accroché la hache avec laquelle il avait détruit toutes les idoles. Coupable intouchable, Il incarne le mensonge du prophète, la rupture et l’annonce d’une exode vers autre que lui. La fin de la philosophie ( et donc la littérature) telle que nous la connaissons. Avons-nous compris? Suivant la tradition abrahamique ,Il faut accrocher notre plume au cou de Phoebus et le condamner à notre place ,pour nos mots passés, présents et futurs.

 

HS

 

Le Démon Affreux-disiaque

(Juin 2,2014)

antichrist-21

 Affreux-disiaque !

Ce démon qui nous hante…

Ce secret …Enfoui au fond de nous

Muet…Mais Dont le Cri nous ravage chaque jour et chaque nuit.

Ventre Piégé ! Secret Douloureux …

Nous les rejetés du Paradis

Torturés dans un enfer de béton, de métal et de chair…

Qu’un amour , une envie, une espérance , un rêve de plus

Nous le rendent plus monstrueux, plus affreux!

La Peur ! La crainte ! La démolition de tout devant nos yeux en larmes

Douleur Au Ventre ! Voilà le retour du Démon !

Nous détestons notre nom, notre vie, notre ville

Nous détestons cette réalité …cette lutte sans fin

Nous participons malgré nous à un effort commun

Nous voulons encore avoir notre place dans un monde que nous savons ne pas être notre !

Oui ! Et encore un Oui !!! Si joyeux de souffrir que nous crions haut et fort :

Déchiquetez nous en mille morceaux ..que cette douleur cesse …

Nous n’avons pas de mondes où aller ..ni un ici ni un là-bas…

Des Éternels étrangers , vivants ou morts

Immigrés Apatrides…

Tout est Enfer

Tout est Douleur

Tout est ..Délivrance !

Tout est…Affreux-disiaque !

 

HAMMAR SALIM

Une Leçon d’Humilité

Quand le disciple est prêt , le maître apparaît !

intiation

 

L’autre, mes amis, l’autre …est une leçon d’humilité.    

D’un regard à un autre ,une âme voltige pour traverser les âges , les corps et les esprits . Un mot d’amour pour la naissance et qui voyage pour devenir celui de la mort. 

L’autre, mes amis, l’autre …est une leçon d’humilité.

Combien d’esprits avons-nous fréquenté ? Combien de corps avons-nous caressé? Combien de joies avons-nous chanté? Combien de malheurs avons nous pleuré? Combien de fois nous nous sommes perdus et nous étions dans l’obligation de nous métamorphoser?

L’autre, mes amis, l’autre …est une leçon d’humilité.

Toute grande métamorphose commence par une baisse des yeux…un éloignement du monde, un désespoir de l’ego et de la vanité… »Je n’ai plus ma place en ce monde. » Et un murmure se fait entendre :  » C’est parce que tu crois n’avoir aucune place en ce monde que nous t’accueillerons à la table secrète! Le Centre du Monde. »

 

L’autre, mes amis, l’autre …est une leçon d’humilité.

Qui d’entre-vous , ceux et celles qui se sont retrouvés au moins une fois prés de moi, n’ont pas encore ressenti la puissance de la métamorphose? de l’Invisible qui s’impose malgré nous tous…une magie occulte qui ne deviendra que plus grande aux mains des plus initiés.  En vos mains!!! 

L’autre, mes amis, l’autre …est une leçon d’humilité.

Ne soyez pas séduits par la magie de la plèbe ! La créativité et l’imagination sont les premières clés offertes à tout initié reçu au cercle des créateurs ! 

L’autre, mes amis, l’autre …est une leçon d’humilité.

Hammar Salim

Lucidité Terminale

Des regards s’imaginent encore le pays dans lequel je vis. D’autres se pressent d’admettre -sécurité oblige- que mon pays est un pays déjà visité. Et d’autres encore pensent avoir eu le privilège d’y entrer ou même la prétention d’en faire partie. Le monde…ce monde est un labyrinthe certes, mais construit en milliers d’étages, il est à quatre dimensions, s’élançant à l’infini dans toutes les directions de l’espace et du temps. Je ne me trompe pas, quand l’humanité refuse d’évoluer , elle doit être renouvelée. Là où il y a résistance au changement , il y a un combat à mener, un sacrifice pour la survie de l’essentiel. Mais le changement est une onde se propageant en cercles concentriques. Tout changement doit avoir un centre. Où se trouve celui du mien?

ka-photo

Un éclair de vérité se brise sur mon regard absent. Peut-être que la solution à tous nos problèmes est simple: l’Absence ! Il faut être absent pour être lucide, mais beaucoup persistent encore à croire le contraire comme si croire suffisait. J’écris des tonnes de pages par jours en secret , depuis des années et encore aujourd’hui , je me persuade que les esprits sont trop lourds pour porter plus d’esprit, que les lecteurs et lectrices veulent du rêve face au cauchemar qu’est devenue leur vie, sauf qu’il faut voir au-delà de ces mots, de ces images, de ce rythme, de cette musique , de ces artefacts imposés par les regards et les jugements, de mettre toute cette mythologie assoiffée d’éternité à côté, plonger dans la simplicité du quotidien et enfin prendre par la main cet Homme qui souffrant toute sa vie , retrouve une lucidité terminale: un pas vers l’infini de l’oubli.

Hammar Salim

Ode à Jeremy & Theresa

 

(Décembre 25, 2012)

Froide Soirée d’été ,
L’homme se déshabille ,
Larmes aux yeux, c’est déjà fini
Il avance dans les eaux glacées
Il se laisse emporter …Mourir et rejoindre
L’âme de sa vie, celle qui est partie
L’amour est fait pour durer …
L’amour c’est vivre le même chagrin que sa bien aimée
Il est là inerte ! Souriant !
Elle était là encore à l’attendre ,
Voyage pour l’éternité!
Voyage pour l’infinie pureté!
Voilà que l’eau pénètre ses poumons
Il ne se débat pas..il doit partir
Il se remémore..les images de son ange
Allongé ! Sans vie …Désespérée..
Pourquoi? Pourquoi? il n’avait pas pu déceler
Les inquiétudes et la souffrance !
Partager ! Ressentir! Aimer Et mourir
Il se noie ! « Theresa je t’aime »
« Viens Jeremy ! C’est plus doux ici !»
Lui! qui avait cité Kafka
« Quand tu es face à moi et quand tu me regardes,
Que peux-tu savoir du chagrin qui est en moi,
que puis-je savoir du tien ? »
Silence! La nuit est calme
Belle aux suicides dorés
Un artiste est mort
Un homme est mort..
Peu importe…

 

HAMMAR Salim

tumblr_l74au1wXkr1qbj7k6o1_1280 (1)